Fouta Djallon - République de Guinée - Afrique de l'Ouest

La Préfecture de Tougué

Préfectures:  Dalaba  I  Gaoual  I  Koubia  I  Koundara  I  Labé  I  Lélouma  I  Mali  I  Mamou  I  Pita  I  Tougué

 

Accueil

 

 

 

Introduction  [haut]

Avec une altitude moyenne de 868 mètres, la préfecture de Tougué est constituée d’un ensemble de massifs montagneux et de plateaux latéritiques, parsemé d’îlots forestiers et de plaines. Au sud de la préfecture l’on rencontre aussi bien des vallées que des plaines.

La préfecture est comprise dans le cadre formé par les longitudes de 11°00 à 12°00 nord et les latitudes de 11°00 à 12°00 ouest. Elle est limitée au nord par la République de Mali, à l’est par la préfecture de Dinguiraye, au sud par les préfectures de Mamou et Dalaba et à l’ouest par les préfectures de Labé et Koubia. Elle couvre une superficie de 6.400 km2 et s’étend sur une longueur entre 60 km (du nord-ouest au sud-est) et 140 km (du nord-est au sud-ouest).

La pluviométrie étant de 1.550 mm en moyenne par an, la préfecture jouit d’un climat foutanien avec des écartes de température parfois marquées variant entre 18° et 35°C. Deux saisons s’alternent: Une saison sèche de novembre à avril, et une saison pluvieuse de mai à octobre. Le vent dominant est l’harmattan qui souffle de décembre à janvier.

On note l’existence de quelques mares et étangs à Malipan, Moukidjigué et Koloun dans la CRD de Koïn, N’Douka dans la CRD de Fatako, et Koukoutamba dans la CRD de Kollet.

Il existe des sols très riches (plaines) et d’autres très pauvres (bowé). Le sous-sol renferme un important gisement de bauxite non exploité.

Au niveau de l’hydrographie on enregistre trois grands réseaux: la Falémé (au nord), le Bafing (à l’est) et la Gambie. Les principaux cours d’eau sont la Kioma, le Fanhan, le Bafing et la Kaliwolon.

Dans son ensemble la végétation est caractérisée par une savane arborée avec prédominance de graminées sur les bowé. On observe par endroit de galeries forestières le long des cours d’eau. Par rapport à la faune, certaines espèces sont couramment rencontrées, à savoir les cynocéphales, les singes rouges et noirs, les biches, les sangliers, les hyènes, les antilopes et les phacochères. Les espèces les plus rares sont les chimpanzés, les lions, les panthères, les léopards et les céphalophes.


Case traditionnelle

Le territoire administratif est composé d’une Commune Urbain (CU) avec 15 quartiers, et de 9 Communautés Rurales de Développement (CRD) englobant 68 districts au total. Tougué-Centre est situé à 85 km de Labé. Les 9 CRD de la préfecture sont les suivantes: Fatako, Fello-Koundoua, Kansangui, Kolangui, Koïn, Kollet, Konah, Kouratongo et Tangali.

La CU, quant à elle, est composée de 2 quartiers urbains (Tougué 1 et 2) et 13 quartiers périurbains (Ballama, Bolé, Kalanka, Kambaya, Kéléla, Kénya, Ganfata, Oulenko, Ourétembé, Pandjé Fello, Sandaké, Souméta et Soumpoura).

La population en 1996 a été de 114.647 habitants, dont 59% femmes, avec une densité de 18 habitants par km. Les principaux ethnies sont les Peuls, les Djallonkés et les Diakankés.

 

Histoire  [haut]

A en croire la tradition, plusieurs noms de lieu ont une signification en Djallonké. Ainsi, Tougué, prononcé «touguen», signifie «lieu favorable au chauves-souris».

Au XIIIe siècle, la région fut envahie par les Djallonkés. De nos jours quelques villages Djallonkés notamment Ganfata, Bokora, Loumbouta et Bambéna subsistent encore.

L’actuelle préfecture de Tougué correspond approximativement à l’ancien diwal de Koïn, l’une des 9 diwé (provinces) constituant le royaume musulman du Fouta Djallon.

L’histoire de la préfecture de Tougué est caractérisée par de nombreux bouleversements administratifs. Le 20 février 1901 fut érigé le diwal de Koïn en cercle avec Dabalaya (actuelle sous-préfecture de Kollè) comme chef-lieu. Ce poste a été transféré en 1905 à Kollangui et en 1909 à Tougué. En 1911 Tougué a été divisé en deux districts, dont Koïn avec Alpha Ammar comme chef, et Gadha Kollè avec Alpha Amadou Baïlo. Le 23 novembre 1912, Tougué a été réduit au rang de subdivision et rattaché à Labé. En 1925, la subdivision de Tougué a été supprimée, et les deux cantons ont été directement rattachés à Labé. Le 1er janvier 1947, la subdivision de Tougué a été rétablie. Elle est restée telle jusqu’au 1er janvier 1957, date à laquelle elle fut érigée en cercle par le gouvernement de la loi cadre.

 

Principales activités économiques  [haut]

Les 90% de la population pratiquent les activités agro-pastorales.

La préfecture se subdivise en trois zones agricoles:

  • La zone nord très propice à la culture de l’arachide, du mais, du riz, du mil, du fonio, des tubercules et des cultures potagères.

  • La zone du centre propice au maraîchage, où l’on cultive du fonio, du mais et des tubercules.

  • La zone sud, aussi propice au maraîchage, avec des vastes plaines aménageables et fertiles, où l’on cultive du riz, des pommes de terre, du mais, du fonio et des tubercules.

L’élevage est la seconde activité dominante dans la préfecture de Tougué. Dans la CRD de Fatako on note l’existence d’une ferme d’élevage moderne réalisée par un fils du terroir.

La chasse représente une autre source de revenus et de nourriture non négligeable. En 2005, le nombre d’armes de feu enregistré dans préfecture a été de 627.

La pêche est pratiquée pour la propre consommation des populations riveraines de certains cours d’eau, notamment de la Kioma, du Koloum et du Bafing.


Fabrication de pâte d'arachide

L’exploitation de bauxite n’est pas encore une réalité dans la préfecture de Tougué, qui dispose des gisements de bauxite les plus importants du pays. Toutefois, on note l’engagement des Iraniens dans le secteur depuis 1994, et l’existence de la Société des Bauxites Dabola-Tougué (SBDT), avec une participation iranienne à 51% et de l’Etat guinéen à 49%. La société sud-africaine BSG (Resources) dispose de 15 permis de recherche de bauxite, entre autres pour la préfecture de Tougué.

 

Produits artisanaux  [haut]

Les principales techniques artisanales pratiquées par les familles spécialisées sont la forge, le tissage, la teinture, la cordonnerie et la poterie.

 

Hôtels  [haut]

Il y a deux réceptifs hôteliers à Tougué, les deux dans la commune urbaine.

Voir aussi notre page dédiée aux réceptifs hôteliers de la région: Hôtels

 

Restaurants   [haut]

Restaurant

Quartier

Nom du gérant

Capacités (places)

-

Tougué 1

Baldé Mme Adama Dioldé

-

-

Tougué 1

Baldé Mme Roughiatou

-

-

Tougué 1

Barry Mme Hadiatou

-

 

Sites touristiques  [haut]

Les principaux sites touristiques offerts par la préfecture de Tougué sont les suivants :

  • La chute de Bagata (CU Tougué)

  • La chute de Gountou (CU Tougué)

  • La grotte de Gandfata (CU Tougué)

  • La grotte de Loumboutah Ley (CU Tougué)

  • La mosquée de Fogo (S/P Fatako)

  • La chute de Dilimba (S/P Fello Koundoua)

  • La grotte de Soosilly (S/P Fello Koundoua)

  • La crête observatoire de Marwata (S/P Fello Koundoua)

  • La grotte de Ganfata Bhountou Fono  (S/P Fello Koundoua )

  • La chute de Bagata (S/P Fello-Koundara)

  • La chute de Bafing (S/P Kollet)

  • La chute de Bagata (S/P Kollet)

  • La chute de Bassanto (S/P Kollet)

  • La grande mare de Madina Fass (S/P Kollet)

  • La grotte de Simitirin (S/P Kollet)

  • La grotte de Somoko (S/P Kollet)

  • La chute de Soula à Konkou (S/P Kouratongo)

  • La grotte de Lallabara (S/P Kouratongo)

  • La grotte de Konkon entourée des cavernes de Santa (S/P Kouratongo)

  • La chute de Gountou-Bambena

  • La chute de Téné

  • La chute de Tountoun

  • La grotte de Bhoundou Fono

 

Adresses utiles  [haut]

tougue-adresses-utiles-080404.pdf <pdf> 14 Ko

 

Cartes 

Préfecture de Tougué
tougue-carte.jpg <jpg> 339 Ko

 

Liens 

Wikipédia : Tougué (préfecture)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9fecture_de_Tougu%C3%A9

Association des Ressortissants de Tougué en France
http://www.forim.net/contenu/association-des-ressortissants-de-tougu%C3%A9-en-france

 

Documents  [haut]

Direction Préfectorale du Plan et Développement (Tougué) : Rapport Economique et Social 2005 (mai 2006)
DPPD-Tougue.pdf <pdf> 819 Ko

 

 

[haut]

 

 

Vos partenaires régionaux

ADECOMA

ARDEL

Centre Universitaire
de Labé

CFPP-Labé

CREDEL

CTRSE

Musée de Fouta

Les Echos du
Fouta Djallon

Actualités

Préfectures:  Dalaba  I  Gaoual  I  Koubia  I  Koundara  I  Labé  I  Lélouma  I  Mali  I  Mamou  I  Pita  I  Tougué